DossierGrand Paris

Déclaration de l’URIF-CGT sur le Grand Paris

Déclaration de l’Union régionale Ile de France CGT

Métropole du Grand Paris

 

 

Presque 2 ans après la création de la Métropole du grand Paris (MGP), devenue une réalité institutionnelle après les votes des lois MAPTAM et Notre, E. macron a annoncé son intention de réorganiser l’Ile-de-France et ses institutions d’ici la fin de l’année 2017.

Lors de la Conférence Nationale sur les territoires, annoncés à la date du 14 décembre 2017 ainsi que la conférence territoriale d’Ile-de-France dédiée au Grand Paris et prévue en janvier 2018, le chef de l’Etat devrait dévoiler ses arbitrages. Deux principales conceptions s’opposent : une métropole renforcée et à périmètre étendu avec la disparition des départements de la petite couronne ou une métropole dont le périmètre serait celui de la région qui récupérerai ses compétences – option soutenue par V. Pecresse la Présidente de la Région. Ces aménagements territoriaux basés sur la concurrence entre les métropoles en France et au niveau mondial répond à la volonté du patronat de mettre les territoires en correspondance avec la phase actuelle d’une économie financiarisée et mondialisée.

C’est toute la bataille idéologique autour de l’attractivité des territoires pour attirer les investisseurs. Mais les richesses créées restent fortement concentrées sur certains territoires et pôles d’activité. Le journal « les Echos », à partir d’une étude de chercheurs constate que « l’effet d’entrainement des métropoles apparait globalement peu visible dans les territoires adjacent » !

Le vernis de la réduction des inégalités craque.

Les politiques d’austérité se poursuivent et accompagnent la métropolisation, imposant des réductions drastiques des budgets des collectivités territoriales mises dans l’incapacité d’assurer leurs missions de proximité auprès des citoyens.

Les deux scenarios de métropole éloignent les citoyens des lieux de décisions et constituent un enjeu de démocratie.

La suppression des départements serait grave de conséquence car remettrait en cause les politiques sociales et aggraverait encore plus les inégalités sociales et territoriales. La redéfinition des compétences, la fusion des services et organismes publics (OPH etc…) ne doivent pas aboutir à leur privatisation.

La CGT exige donc le maintien des services publics ainsi que celui des départements.

L’aménagement territorial et les financements publics doivent répondre aux besoins des franciliens : en matière de logements par la maitrise du foncier et la création notamment de logements sociaux, de transports pour améliorer et désengorger le réseau saturé, avec notamment le Grand Paris Express.

La CGT revendique la réappropriation du service public de l’eau et de l’assainissement sur l’agglomération parisienne.

 

Les syndicats franciliens en lutte pour l’augmentation des salaires, l’emploi, let la formation professionnelle portent des projets alternatifs dans le cadre d’une campagne de réindustrialisation. Les questions de l’innovation, de la place du numérique, de celle de la recherche, leurs finalités sont un enjeu majeur pour le développement de tous les territoires. L’Ile-de-France qui produit plus de 30

% du PIB national reste une des régions les plus inégalitaires !

Le Charles de Gaulle Express ainsi que Europacity ne sont pas les bonnes solutions ! Nous les combattons et proposons d’autres alternatives.

Les « projets phares » de la MGP sont conçus comme un élément de compétition internationale. C’est le cas pour les futurs JO de 2024. Les exigences portées par la Charte sociale unitaire nécessitera vigilance et action pour le respect des engagements concernant notamment les emplois, les conditions de travail des salariés et la pérennité des installations au service de l’intérêt général.

L’Union régionale CGT Ile-de-France et ses organisations créeront les conditions pour faire connaitre ses propositions revendicatives et agiront avec les salariés sur les enjeux de la MGP qui seront au

cœur des débats de notre conférence régionale les 17, 18, 19 janvier 2018.

Depuis la conception de la MGP, les réformes territoriales successives ont été décidées sans concertation des franciliens alors qu’il s’agit de leurs conditions de vie et de travail.

 

 

Le 6 décembre 2017

 

Déclaration MGP de l’Union Régionale IDF (003)

Previous post

« Ensemble pour le logement social, pour un vrai service public ! »

logo de la conférence régionale 2018
Next post

Conférence Régionale 17 au 19 janvier 2018 à Montreuil